Rafraîchissement par évaporation

 

Aussi appelé rafraichissement adiabatique ou encore bio climatisation, ce procédé écologique simple se sert de l’air chaud extérieur pour le transformer en air refroidi.


L’air chaud et sec qui passe à travers un échangeur humide se refroidit. L’énergie nécessaire à l’évaporation de l’eau est extraite de l’air. C’est ce même phénomène naturel que l’on peut observer près des points d’eau où la température est plus basse en été.

Pour plus de renseignements, vous pouvez contacter un commercial ou feuilletez la brochure et la plaquette GENATIS.

Économique

Par rapport à une climatisation traditionnelle l’investissement de départ est divisé par 3 et les dépenses liées à l’entretien et l’utilisation sont 6 à 10 fois moins élevées qu’une climatisation traditionnelle.
L’hivernage est le seul entretien récurrent. Pour le reste, peu de pannes sont constatées puisque les mécanismes et les pièces nécessaires au fonctionnement ne sont soumis qu’à peu de mouvements, de ce fait que cette solution est fiable et robuste.
Si le module adiabatique est correctement dimensionné, la consommation électrique supplémentaire sera négligeable (peu de pertes de charge). La consommation d’eau, peut être issue de la récupération d’eau pluviale. Le module n’utilise que l’eau nécessaire à l’évaporation et aux cycles de déconcentration en minéraux.

 

Santé

Le bien-être des occupants n’est pas altéré puisqu’aucune micro-gouttelette ou vapeur d’eau ne sont injectées dans les pièces. De plus, le système est conçu pour vidanger régulièrement l’eau de manière à garantir l’absence de risque de légionelle.

 

Ecologique

Par rapport à une climatisation traditionnelle, la consommation électrique est divisée par 10 et la consommation d’utilisation est divisée par 6. La réduction de l’empreinte écologique est due à la faible consommation énergétique des appareils. Pour un volume identique, le nombre d’appareils est moindre.
De plus, ce procédé n’utilise aucun fluide frigorigène (qui ont un effet néfaste sur la couche d’ozone). Cette solution est donc la meilleure alternative à ce jour, même pour des bâtiments fréquemment ouverts, puisqu’elle n’entraîne aucune surconsommation contrairement à une climatisation plus énergivore.
L’utilisation de rafraîchissement adiabatique (à la place de la climatisation classique) contribue à la diminution de l’effet d’ilot de chaleur urbain.

 

À partir d’équipements indépendants, en façade, en toiture, les solutions permettent de répondre aux différents volumes et attentes des utilisateurs des locaux.
Ces solutions peuvent également être rattachées à des CTA simple ou double flux . Elles peuvent être raccordées sur la prise d’air neuf de la CTA / sur l’air extrait de la CTA / sur l’air extrait et l’air soufflé de la CTA.

Problématique

Dans ce bâtiment composé de différentes cellules, il était question d’optimiser l’homogénéité du rafraichissement sans l’utilisation de système de climatisation.

Étude

Proposition faite par cellule avec une prise en compte des vents dominants et de l’orientation du bâtiment.
Afin d’assurer un débit convenable et un renouvellement adéquate, la solution a été couplée à la ventilation naturelle dans une des deux cellules concernées.

 

 

CELLULE 1 (Adiabatique + Ventilation naturelle)

Surface : 6021 m²
Hauteur : 9,3 m
Amenées d’air sur la façade OUEST​
5 appareils à lames pivotantes pour la toiture​
10 appareils de rafraîchissement par évaporation
16 000 m3/h avec diffuseur 8 voies

CELLULE 2 (Adiabatique uniquement)

Surface : 5972 m²
Hauteur : 9,3 m
4 appareils à lames pivotantes pour la toiture​​
9 appareils de rafraîchissement par évaporation
16 000 m3/h avec diffuseur 8 voies

 

 

Corrélation entre mesures théoriques et réelles

Résultats & Avantages

  • Baisse de la consommation énergétique
  • Meilleures conditions de travail (confort)
  • Renouvellement d’air (santé)

 

Diffuseur 8 voies